En juillet 2019, Helen Castell a publié un article sur la croissance rapide des investissements agricoles en Afrique. Cet article mettait également en avant les impacts et les préoccupations suscités par l’augmentation des investissements en raison des pertes d’emplois et de terres dans de nombreux pays africains. En 2018, un plan a été élaboré pour aider l’Afrique à atteindre la sécurité alimentaire d’ici 2030, ce qui nécessitera une augmentation de l’utilisation des terres privées ou de celles des petits agriculteurs. 

De nombreux médias ont accusé les investisseurs d' »accaparement de terres », c’est-à-dire l’acquisition de terres à grande échelle par de grandes entreprises. Ce qui entraîne des problèmes environnementaux, économiques et sociaux. Des entités ont été accusées d’accaparement de plus de 6 millions d’hectares de terres sur tout le continent africain,. Selon une étude de l’Université John Hopkins, il s’agit d’une exagération. A peine 4% de ce chiffre, c’est à dire 252 901 hectares de terres, ont été reconnus comme accaparés. Bien que ce ne soit qu’un faible pourcentage de ce qui a été dit à l’origine, cela montre qu’il y a en fait un accaparement de terres sur tout le continent. 

En outre, des agriculteurs individuels ont fait part de leurs préoccupations dans les régions où il y a des investissements agricoles. Bien que l’investissement dans le tabac au Zimbabwe ait été couronné de succès, certains investisseurs auraient exigé des prêts après une période de sécheresse et de mauvaises récoltes. De nombreux agriculteurs locaux ont indiqué que, bien que certaines technologies soient moins chères que celles de l’Ouest, elles représentent toujours un coût élevé pour les personnes qui tentent d’entretenir leurs terres. Avec la remise en question des nouveaux plans et des accords, M. Castell a évoqué la difficulté de savoir exactement comment ces grands investissements agricoles affectent les pays africains, mais les points saillants publiés ont été remis en question. 

Dans notre livre, « La Fin des Terres », avec André Aschieri, nous avions en 2010 souligné la disparition du patrimoine naturel en Afrique et le constat ne fait que s’aggraver. De 1970 à 1980, des investisseurs ont encouragé la création de l’agrocarburant au Sénégal, qui s’est rapidement transformé en accaparement de terres et en perte d’approvisionnement en eau et de disponibilité des terres pour les habitants. Bien que le plan de 2030 visant à aider l’Afrique à atteindre la sécurité alimentaire puisse augmenter le nombre d’emplois et contribuer à mettre fin à la faim, il existe également un niveau d’incertitude énorme quant à la manière et au moment où ces investissements affecteront réellement le continent.

Share This