« 2021 sera l’année de la biodiversité » , garantissait Maud Lelièvre, dans un entretien accordé à Ouest-France en mai. La présidente du comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) se montrait réellement optimiste à l’approche du Congrès mondial de la nature, premières négociations internationale ssur l’environnement depuis la pandémie de Covid-19.


2021 sera l’année de la biodiversité
 , garantissait Maud Lelièvre, dans un entretien accordé à Ouest-France en mai. La présidente du comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) se montrait réellement optimiste à l’approche du Congrès mondial de la nature, premières négociations internationale ssur l’environnement depuis la pandémie de Covid-19.

Depuis deux ans, plusieurs rapports ont permis de mieux appréhender la « biodiversité  un mot complexe, contraction de « diversité biologique » héritée du vocabulaire scientifique anglo-saxon. L’enjeu est pourtant simple, résumé par Maud Lelièvre : La disparition du monde sauvage représente un vrai danger pour l’homme.

Lire l’article :

https://www.ouest-france.fr/environnement/biodiversite/environnement-neuf-jours-pour-sauver-la-vie-sauvage-f8556ff4-0c21-11ec-9fd5-638db281d6b7

Share This